Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fredericgrolleau.com


"Dino Buzzati, l’intellettuale timido che sublimò l’attesa" (Dino Buzzati, l’intellectuel timide qui sublima l’attente)

Publié le 23 Avril 2017, 13:19pm

Catégories : #Echos d'Italie

"Dino Buzzati, l’intellettuale timido che sublimò l’attesa" (Dino Buzzati, l’intellectuel timide qui sublima l’attente)

Il Messagero

Dino Buz­zati, l’intellettuale timido che sublimò l’attesa
di Carlo Nordio

Sabato 22 Aprile 2017

Si definì un pit­tore pres­tato, per hobby,al gior­na­lismo. In realtà Dino Buz­zati fu molto di più: scrit­tore, sce­no­grafo, libret­tista, cri­tico d’arte, cos­tu­mista e poeta. In tutto il ‘900 sol­tanto Jean Coc­teau ebbe una tale ver­sa­ti­lità. Ma a dif­fe­renza del suo omo­logo fran­cese, pre­sen­zia­lista e un po’ istrione, Buz­zati fu un intel­let­tuale timido e riser­vato che man­tenne, anche nell’abbigliamento, una com­pos­tezza mania­cale. Tut­ta­via die­tro questo mini­ma­lismo este­tico si agi­tava una vita­lità com­plessa e contorta, tale da oscu­rare le ribal­de­rie della “lost gene­ra­tion” ame­ri­cana e degli esis­ten­zia­listi di Saint Ger­main de Près. Ne sono tes­ti­moni i suoi rac­conti. Ma soprat­tutto i suoi dipinti.

Dino Buz­zati Tra­verso nacque il 16 Ottobre 1906 a San Pel­le­grino di Bel­luno, da una agiata fami­glia con ascen­denze nobi­liari. Il padre era un giu­rista famoso, e avrebbe voluto farne un avvo­cato; ma Dino, come Petrarca e Mon­taigne, pre­ferì la penna alla toga e si dedicò al gior­na­lismo.
Entrò al Cor­riere della Sera nel 1928 come pra­ti­cante: ne sarebbe diven­tato una delle colonne come cri­tico d’arte, inviato spe­ciale, novel­lista e tanto altro.
Nel 1940 pub­blicò il “Deserto dei Tar­tari”, secondo molti il più bel romanzo ita­liano del 900. E’ la des­cri­zione dell’attesa di un evento cru­ciale che non arriva mai, e quando arriva è già tutto finito. Il libro fu tra­dotto in molte lingue, e forse ispirò Beckett nel suo “Aspet­tando Godot”. Poi arrivò la serie di rac­conti, rac­colti per­io­di­ca­mente in vari volumi.
Il loro conte­nuto è tanto mis­te­rioso e ambi­guo quanto lo stile è chiaro e impec­ca­bile. L’onnipresente pro­ta­go­nista è la morte, che non viene mai nomi­nata, ma evo­cata in sim­boli più allu­sivi: una talpa, un mes­sag­gero, una rampa di scale.
Ad essa può essere appli­cato il monito, espresso in altra occa­sione, da Leon Gam­betta: pen­sa­teci sempre, non par­la­tene mai.

———-
tra­duc­tion :

 Il Mes­sa­gero

Dino Buz­zati, l’intellectuel timide qui sublima l’attente

par Carlo Nor­dio
le samedi 22 avril 2017

Ou com­ment un peintre est passé, par hobby, au jour­na­lisme. En réa­lité, Dino Buz­zati fut beau­coup plus que cela : auteur, scé­no­graphe, libret­tiste, cri­tique d’art, cos­tu­miste et poète. Dans tout le XXe siècle, seul jean Coc­teau eut une telle poly­va­lence. Mais à la dif­fé­rence de son homo­logue fran­çais, pré­sen­tia­liste et un peu his­trion, Buz­zati fut un intel­lec­tuel timide et réservé qui main­tint, y com­pris dans l’habillement, une tenue maniaque. Cepen­dant, der­rière ce mini­ma­lisme esthé­tique s’agitait une vita­lité com­plexe et alam­bi­quée, sus­cep­tible d’ effa­cer les méchan­ce­tés de la “géné­ra­tion per­due” amé­ri­caine et des exis­ten­tia­listes de Saint Ger­main des Près. En sont témoins ses récits. Mais sur­tout ses peintures.

Dino Buz­zati naquit le 16 octobre 1906 à San Pel­le­grino di Bel­luno, d’une famille aisée avec des ascen­dances nobles. Le père était un juriste reconnu et avait voulu en faire un avo­cat mais Dino, comme Pétrarque et Mon­taigne, pré­féra le stylo à la toge et se consa­cra au jour­na­lisme.
Il entra au Cour­rier du Soir en 1928 en tant que sta­giaire : il allait en deve­nir un des piliers comme cri­tique d’art, invité spé­cial, nou­vel­liste et bien d’autres. En 1940, il publia “Le désert des Tar­tares”, consi­déré par beau­coup  comme le plus beau roman ita­lien du XXe siècle. c’est la des­crip­tion de l’attente d’un évé­ne­ment cru­cial qui n’arrive jamais, et quand il arrive tout est déjà fini. Le livre fut tra­duit en de nom­breuses langues et ins­pira peut-être  Beckett dans son “En atten­dant Godot”. Puis arriva la série des ses récits, pério­di­que­ment recueillis dans divers volumes.
Leur contenu est fort mys­té­rieux et ambigu alors que le style est clair et impec­cable. Le pro­ta­go­niste omni­pré­sent est la mort, qui n’est jamais citée en tant que telle mais évo­quée par des sym­boles plus allu­sifs : une taupe, un mes­sa­ger, un esca­lier. A elle peut être appli­qué l’avertissement, exprimé en une autre occa­sion, de Léon Gam­betta [au sujet de l’Alsace-Lorraine, ndt]: “y pen­ser tou­jours, n’en par­ler jamais.”

fre­de­ric grolleau

lire la suite de l’article en italien

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article